Cordes et tresses

Cordes d'amarrage pour bateaux | Ancrage et amarrage des bateaux
Il est temps d'amarrer ! Bienvenue sur la page de notre e-commerce consacrée aux amarres, éléments essentiels dans le monde du mouillage. cordages de bateaux. Parmi les accessoires nautiques, les amarres sont certainement parmi celles autour desquelles il y a le plus de discussions : quelle est la meilleure amarre ? Quelle doit être sa durée ? De quel matériau doit-il être fait ? Et doit-on l'épisser ? Et...

Il est temps d'amarrer ! Bienvenue sur la page de notre e-commerce consacrée aux amarres, éléments essentiels dans le monde du mouillage. cordages de bateaux.

Parmi les accessoires nautiques, les amarres sont certainement parmi celles autour desquelles il y a le plus de discussions : quelle est la meilleure amarre ? Quelle doit être sa durée ? De quel matériau doit-il être fait ? Et doit-on l'épisser ? Et si oui, comment ? Les questions sont nombreuses, c'est pourquoi, sur cette page dédiée à la vente d'amarres, nous avons décidé d'inclure un petit guide pour vous aider à choisir l'amarre adaptée à votre bateau, quels que soient son type et sa taille.

Pourquoi le choix de la ligne d'amarrage est-il si important ?

Malheureusement, il n'est pas rare de voir de vieux écoutes ou drisses recyclés en amarres en se promenant sur les quais. Il existe en effet une opinion assez répandue qui accorde peu de valeur à la qualité réelle des amarres, alors que l'on a tendance à rechercher la meilleure qualité pour tous les cordages qui ont un rapport direct avec les voiles. Mais ce raisonnement est-il vraiment rationnel ? Eh bien, à l'exception des régates, il faut souligner que cette façon de raisonner est complètement fallacieuse. Pensez-y : toute drisse et toute écoute, si elle n'est pas excessivement usée, fera certainement son travail, sans endommager les voiles de quelque manière que ce soit et sans mettre en danger l'équipage. Imaginez maintenant que vous voyez des signes d'usure sur cette même drisse et que vous décidez de l'utiliser comme amarre. Que se passera-t-il lorsque la centième violente rafale de vent fera tomber les bateaux amarrés au quai ?

Allons, vous avez dû entendre un marin dire que les lignes de proue et de poupe doivent pouvoir soulever tout le bateau. Pourquoi, alors, recycler comme amarre une drisse qui, à votre avis, n'a même plus la force nécessaire pour faire son travail initial ? Le plus grand danger auquel tout bateau doit faire face est celui de la côte, qui n'est qu'à quelques centimètres de notre coque lors de l'amarrage : pourquoi multiplier le risque en utilisant des amarres inadaptées ?

Il vous faut donc des amarres capables de résister à la traction générée par le vent et les vagues.

Quel type de corde est le mieux à même d'amortir ces mouvements menaçants ?

Les matériaux utilisés pour la fabrication des amarres : mérites et démérites

D'une manière générale, vous pouvez choisir entre des amarres fabriquées dans trois matériaux différents :

Cordes d'amarrage en nylon

Les cordes d'amarrage fabriquées dans ce matériau sont de loin les plus élastiques, s'étirant jusqu'à 40%. Le plus grand avantage de ces cordes d'amarrage est donc leur excellente résistance à la traction. Parmi les inconvénients, cependant, figure le raidissement progressif typique du câble dû au passage du temps.

Cordes d'amarrage en polyester

Les cordes d'amarrage en polyester sont les plus courantes. Ils sont moins élastiques que les cordes en nylon, avec une élongation maximale de 15 %, mais restent suffisamment performants pour un prix inférieur.

Cordes d'amarrage en polypropylène

Le polypropylène offre une performance comparable à celle du polyester. Dans ce cas, il faut toutefois noter une nette détérioration dans le temps, ce qui rend ce matériau plus adapté à la fabrication d'autres types de cordages.

L'élasticité est sans aucun doute la caractéristique numéro un à prendre en compte lors de l'achat d'amarres. Il va sans dire que le bateau dans le port n'est pas garé sur un asphalte inamovible, mais plutôt sur une eau en mouvement constant, avec un schéma de vagues qui continue à solliciter la coque. Nous ne voulons pas que toutes ces forces s'exercent directement sur le bateau, n'est-ce pas ? Nous ne voulons pas que toutes ces forces s'exercent directement sur le bateau, n'est-ce pas ? Eh bien, pour que les amarres les absorbent, il faut qu'elles aient une bonne élasticité.

Mais qu'est-ce que cela signifie pour un câble d'être élastique ? En effet, pour être considérée comme élastique, une ligne ne doit pas seulement s'étirer lorsqu'elle est soumise à une certaine traction : non, une fois relâchée, elle doit également revenir à ses dimensions normales - à condition que la traction exercée ne finisse pas par dépasser ses limites mécaniques.

On comprend donc pourquoi les vieilles drisses ne peuvent en aucun cas constituer de bonnes lignes d'amarrage. De plus, étant vieux, ils n'ont pas la force nécessaire. De plus, ces cordes sont nativement moins élastiques que les amarres, elles ne feront donc jamais un bon travail pour fixer le bateau au quai !

Choisir une ligne d'amarrage en fonction du type de câble

Les câbles ne varient pas seulement en taille et en matériau. Non, comme vous pouvez le constater parmi les cordes d'amarrage en vente sur cette page, il existe des distinctions importantes concernant leur fabrication. D'une manière générale, on peut parler des classiques cordes à trois brins, des cordes à double tresse ou des cordes à ligne carrée, chacune d'entre elles se distinguant par des caractéristiques différentes, à combiner et à référer au type de matériau utilisé.

Une ligne d'amarrage à trois brins offre un faible prix d'achat, mais il convient de noter que, pour un même diamètre, ce type de câble se caractérise par des charges de rupture plus faibles. Pour de bonnes performances, il sera donc nécessaire d'augmenter le diamètre de la ligne d'amarrage choisie. Les cordes à double tresse et à fil carré, en revanche, sont plus solides, plus maniables et plus souples. La ligne carrée présente également l'avantage de ne pas avoir à se préoccuper des nœuds, ces plis gênants de la corde qui s'interposent parfois et bloquent le flux de la corde.

Combien d'amarres sont nécessaires ?

Mais combien de cordes sont nécessaires pour l'amarrage ? Cela dépend du type d'amarrage à effectuer. Commençons par l'amarrage au quai, plus précisément par la poupe. Dans ce cas, vous aurez besoin de quatre lignes, dont deux doivent mesurer la longueur du bateau, tandis que les deux autres doivent être deux fois plus longues. Lorsque l'on considère la longueur des amarres, il faut toutefois garder à l'esprit que lors de l'amarrage à quai, on a tendance à nouer un lien torsadé sur le taquet, ce qui augmente l'élasticité et accélère le processus de désamarrage.

Si vous voulez vous amarrer à l'anglaise, c'est-à-dire à quai, vous aurez besoin de 6 amarres au total : les 4 déjà mentionnées plus 2 barres transversales aussi longues que le bateau (bien que certains disent que les barres transversales doivent simplement être plus longues que la largeur maximale du bateau). Si, pour une raison ou une autre, vous souhaitez vous amarrer à l'anglaise en n'utilisant que 4 lignes, vous devrez donner une double tâche à la ligne autour du taquet d'étrave : ce dernier devra également faire office de ressort de rappel.

Les dimensions des amarres

Nous avons déjà mentionné comment la longueur des amarres est calculée : dans la plupart des cas, vous pouvez vous contenter de 2 amarres aussi longues que le bateau et de 2 autres deux fois plus longues.

Toutefois, ces formules ne sont pas suffisantes et correctes dans tous les cas. Par exemple, des amarres plus longues sont parfois nécessaires, ce qui est très souvent le cas lorsqu'on s'amarre avec des lignes à terre, ce qui n'est pas rare lorsqu'on navigue le long de la côte turque, par exemple. Dans ce cas, la longueur de la ligne d'amarrage change en fonction de la distance réelle de la côte.

Quant au diamètre, il existe une règle tout aussi simple, qui garantit généralement une ligne suffisamment solide (en cas de doute, il faut bien sûr tenir compte du plus grand diamètre). La formule en question consiste à prendre la longueur du bateau, à ajouter 4 et à la transformer en millimètres : ce sera le diamètre requis pour l'amarre de votre bateau.

Cependant, comme nous l'avons déjà vu, les différents matériaux de construction des amarres nécessitent des diamètres différents. Les cordes en nylon, étant les plus élastiques, nécessitent un diamètre plus petit. Pensez à un bateau de 14 mètres, pour lequel il faudra utiliser une amarre en nylon de 18 millimètres de diamètre. Par contre, pour une corde en polyester, le diamètre de la corde pour ce bateau devra passer à 20 millimètres.

Accessoires pour amarres

Afin de préserver les amarres le plus longtemps possible, il est conseillé de les équiper d'accessoires spéciaux appelés dissipateurs d'énergie (ou, parfois, compensateurs et amortisseurs). Il existe deux types différents d'absorbeurs d'énergie : les absorbeurs à ressort métallique et les absorbeurs caoutchoutés. Quelles sont les principales différences ?

Tous deux amortissent l'effet du mouvement des vagues, de sorte que le bateau est plus confortable et que les amarres sont préservées le plus longtemps possible. Si les objectifs sont les mêmes, les chemins empruntés sont différents. Dans le premier cas, un ressort métallique est utilisé, tandis que dans le second cas, un compensateur en caoutchouc est utilisé. Cependant, l'absorbeur métallique est sujet à la corrosion (un inconvénient atténué par l'utilisation d'acier chromé) et produit également un grincement gênant qui, par mer agitée, tend à devenir très gênant, tant pour ses propres passagers que pour ceux des bateaux positionnés sur le même quai. Le dissipateur en caoutchouc pour amarres, quant à lui, est exempt de corrosion et ne produit aucun type de bruit.

Dans cette section, vous pouvez également acheter une cheville d'épissure, qui est un outil facilitant l'opération d'épissure des lignes d'amarrage.

Utilisation des amarres

Tous les marins italiens le savent très bien : les quais sont toujours pleins de gens et de bateaux. Bien que l'Italie dispose d'un nombre impressionnant de mètres de côtes pour chaque habitant, et bien que le nombre de bateaux soit faible par rapport à la quantité d'eau qui nous entoure, les amarrages sont très peu nombreux et très fréquentés en Italie. Amarrer son propre bateau signifie donc, dans la plupart des cas, manœuvrer dans des espaces exigus, et ce n'est pas tout : ces opérations doivent également être effectuées devant un probable public à quai, qui n'est souvent là que pour sourire des erreurs du marin. Et nous ne parlons pas seulement de mauvaises manœuvres ou de touches risquées, mais aussi des difficultés à mettre de l'ordre dans les amarres.

En bref, il ne suffit pas d'acheter les meilleures lignes d'amarrage : il faut aussi savoir comment disposer au mieux ces câbles essentiels en fonction du type d'amarrage que vous allez effectuer. Et nous ne parlons pas seulement de la nécessité d'un amarrage méditerranéen (perpendiculaire au quai) ou d'un amarrage anglais (parallèle au quai). Il s'agit également de tenir compte des variables présentes sur votre bateau, et donc de tous les accessoires d'amarrage présents à bord, des bollards aux chaumards, en passant par les différents anneaux.

Enfin, le plus important est d'entretenir correctement les cordes : elles doivent être contrôlées périodiquement et entretenues avec les bonnes méthodes. Mais quelles sont les sonnettes d'alarme qui nous avertissent de l'usure réelle d'une ligne d'amarrage ? Le premier élément à vérifier est l'aspect de la corde, qui peut présenter plusieurs défauts. Il suffit de regarder la corde à contre-jour pour constater d'éventuels dommages à la surface, dénotés par une perte généralisée des poils externes. Un autre signe important est la décoloration progressive des couleurs typiquement vives des cordes, ainsi que la difficulté croissante à séparer un morceau de bois d'un autre. Mais ce n'est pas tout : parmi les principaux symptômes du vieillissement d'une corde figure également l'augmentation de sa rigidité, qui devient de plus en plus importante à mesure que son élasticité diminue.

Aucune ligne d'amarrage, même la meilleure, ne peut évidemment durer éternellement. Toutefois, il est possible de retarder au maximum sa mise à la retraite par un comportement correct et un bon entretien. Cela signifie qu'il faut mettre les lignes à l'abri lorsqu'elles ne sont pas utilisées et les laver périodiquement pour éliminer le sel nocif qui se cache entre les bois. Une autre précaution très utile consiste à prendre des contre-mesures pour éviter l'abrasion, en utilisant si nécessaire des protections en caoutchouc.

Eh bien, vous connaissez maintenant les principaux facteurs à prendre en compte lors de l'achat d'une nouvelle ligne d'amarrage pour votre bateau. Et si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas à nous contacter !

Read more

Filtrer par

Manufacturers
more... less
Entrepôt
Filter
Product added to wishlist